Témoignage à cœur ouvert sur la naissance du blog

Témoignage à cœur ouvert

Cet article, je souhaite vous l’écrire depuis un moment. Pour vous expliquer et donner du sens à tout ceci.

Mais voilà, il y a des mots qui dérangent, il y a la sensibilité de chacun. Ce n’est pas parce qu’on est derrière un écran qu’on peut se laisser aller et parler de tout. Il faut penser à l’autre, celui qui lira ces lignes derrière son smartphone ou sur son ordinateur.

Le blog a dépassé les 1 500 000 visites, ce qui est juste énorme et inespéré. Et je me suis dit que si vous aimiez tellement cet endroit, vous aviez le droit de savoir d’où il vient, comment il a été créé et l’investissement que j’y ai mis.

Les mots qui vont suive risquent de faire écho chez certain(e)s ou d’être difficiles à lire. Je m’en excuse d’avance et ce que je veux que vous reteniez c’est tout le positif qu’il y a derrière. Une épreuve de la vie peut transformer chacun d’entre nous et en faire sortir le meilleur.  

 

Comment dire l’indisable ? comment vous expliquer sans trop vous impacter ?

Aujourd’hui j’ai décidé de le faire.

 

Il y a bien longtemps, une jeune maman m’a contactée pour que je relaie son histoire qui est un peu similaire à la mienne et je lui avais répondu qu’il y a des choses qu’il ne faut parfois pas dire pour éviter aux gens d’éprouver de la peine. Je pense que ma réponse a été plus que maladroite et je n’ai pas aidé cette maman comme j’aurai dû.

Rassurez-vous, si je vous parle aujourd’hui c’est parce que je suis en capacité de le faire, et que je vais mieux.

Je vais vous expliquer en quoi toute cette aventure Dodynette est extraordinaire et vous dire la place que vous occupez pour moi. Volontairement je ne vais pas vous parler de mes proches mais bien entendu ils ont joué un grand rôle également.

Oui je suis blogueuse. Oui une blogueuse doit avoir une communauté… Mais dans mon cas c’est le contraire qui s’est passé. Vous êtes apparu dans ma vie et je suis devenue blogueuse. Et non l’inverse.

L’histoire que je vais vous raconter démarre il y a un peu plus de 2 ans, enceinte de mon troisième enfant. J’ai eu une envie de partage et de proposer des tutoriels de couture.

Jusque-là, j’étais créatrice et je cousais des créations pour bébés pendant la sieste de ma fille. Accompagnée par mon webmaster, j’ai créé un blog. Un petit site sans aucune prétention, juste pour avoir mon espace à moi, pour pouvoir vous écrire.

La maternité donne souvent des envies créatives, j’étais en plein dedans. J’ai écrit un premier article, puis un second. Je tenais mon petit blog à jour et ma grossesse avançait…

 

Et puis, il y a eu ce jour et l’annonce qui tombe à la seconde échographie comme un couperet. On reste sans voix. Il y a des choses qu’on n’imagine pas vivre dans sa vie.

Je ne vais pas tout vous expliquer car cette histoire m’appartient (et pour vous préserver aussi).  Mais sachez que oui, j’ai perdu mon enfant. Celui que je portai depuis 6 mois, que tout le monde attendait. Nous venions de terminer sa chambre, les enfants le nommaient par son prénom en caressant mon ventre.

Je suis sortie de la maternité les bras vides. Il y a eu la perte, la peine. Il y a eu l’effondrement et la sidération…des sentiments qu’on ne peut pas imaginer ressentir un jour.

Puis le congé maternité où j’ai dû arrêter mon activité de créatrice pour me ranger dans le cadre légal. Ne pas être en fraude avec la sécurité sociale… Quand on est en congé maternité, on n’a pas le droit de travailler. C’est logique. Sauf que pour moi, ce fût encore plus difficile. Devoir faire une pause dans mon projet après 2 ans de travail à plein temps et les sacrifices que j’avais fait pour lancer mon entreprise. Et rester là sans rien faire avec mes sentiments.

J’ai eu besoin de tout changer dans mon atelier. Être dans cette espace où j’avais vécu pendant 6 mois en symbiose m’était impossible. Je l’ai réaménagé, repeint. Je me suis créé un cocon, un espace pour moi.

 

J’ai repris doucement goût à la création. Au début, je me souviens que je cousais en pleurant. Je n’ai plus réussi à confectionner des articles pour les futures mamans ou les bébés. Moi qui adorais ça, c’était devenue au-delà de mes forces.

J’ai commencé à imaginer et coudre de nouveaux projets. Encouragée par mon amie Sonia, j’ai proposé des ateliers couture gratuits dans les semaines qui ont suivies. Et je me suis surprise moi-même. Je me suis efforcée de faire “comme si j’étais madame tout le monde” car il existe des tabous dans notre société et la perte d’un enfant en fait partie.

 

Mais voilà, dans cet atelier couture à Clamart une petite lumière s’est allumée en moi alors que j’avais l’impression de vivre dans le noir. 

J’ai découvert que ces moments de partages m’épanouissaient : l’espace d’un instant j’oubliai tout. Ces rencontres que j’ai faites m’ont réchauffées le cœur.

 

J’ai continué à écrire sur le blog et à créer des tutoriels de couture. J’ai vécu au jour le jour, entre création et deuil.

Petit à petit, un pas après l’autre j’ai avancé sans me poser de questions. J’ai monté des projets avec des partenaires qui m’ont fait confiance et je me suis prise au jeu.

 

Créer pour continuer d’exister, proposer des tutoriels de couture pour apporter du plaisir aux gens et me consoler moi-même…

Voir le blog plaire et grandir… Les retours sur mes modèles, les échanges, le partage…

J’ai été emportée par tout cela et je suis devenue blogueuse par la force des choses.

C’est la place que vous m’avez donnée.

Et c’était aussi  ma manière de continuer ce projet commencé à deux.

 

Vous m’avez aidé à garder “la tête hors de l’eau”. La couture m’a portée pendant des mois. Imaginer des modèles, créer des patrons, associer des tissus.

Ne plus penser, être juste là entrain de coudre dans mon atelier du matin au soir, en étant soutenue par vous. Sans avoir à faire semblant, en étant moi.

La vie a repris son court sans que je ne m’en rendre vraiment compte. Le plaisir de découvrir vos créations issues de mes patrons m’a remplie de joies (et c’est d’ailleurs toujours le cas).

Le chemin fût long et semé d’embûches. Au détour d’un salon, d’un regard, je me surprenais à sentir cette tristesse m’envahir alors que je pensai aller mieux.

Il y a eu des phases plus difficiles que d’autres mais je n’ai jamais été seule au fond. Vous avez toujours été là, à donner votre avis, réagir à mes messages, à coudre les modèles que j’avais imaginé pour vous, et à partager vos créations avec fierté.

 

Tous vos retours et cette gentillesse… jour après jour, mon cœur s’est réchauffé grâce à vous.

Vous m’avez rendu le sourire, vous avez donné un sens à tout ceci.

 

Je tenais à vous écrire ces lignes pour vous expliquer pourquoi je suis souvent entrain de vous dire “Merci” sur les réseaux sociaux.

Cela peut paraître être juste un mot anodin mais il n’en est rien. C’est bien plus que cela pour moi. Toute cette aventure est exceptionnelle, elle donne du sens à tout. Et surtout à lui.

Les heures que je passe à travailler sur un patron ou à répondre à vos messages, vos sourires sur les salons, les rencontres. C’est exceptionnel.

Pour moi, vous n’êtes pas une communauté, vous êtes ma TEAM. Celle qui m’a portée, celle que j’estime au-delà des mots. On me dit parfois “je suis une vrai fan”. J’ai encore du mal à m’y faire.

Je ne me sens pas spéciale, je suis juste comme vous. Je suis toujours aussi surprise de vous voir si nombreuses venir me rejoindre pour coudre. Les selfies et photos figent ces moments, mais c’est vos sourires que je retiens le plus.

 Le plaisir partagé de créer et d’être là ensemble tout simplement.

 

On m’a dit un jour que chaque enfant apporte son lot de bonheurs. Et deux ans après je peux le dire : Mon fils, malgré son absence m’a apporté tellement de choses. Sans lui, jamais je ne serai la femme ni la blogueuse que je suis aujourd’hui.

Sans vous, ce blog n’aurait pas le succès qui est le sien. Je ne serai pas entrain de vous écrire ses lignes non plus. Certains événements nous forgent, d’autres nous font grandir. L’important est le sens qu’on donne à ce qui nous arrive et ce qu’on en fait.

Alors MERCI.  Merci infiniment d’être là. Merci pour vos sourires, votre enthousiasme, d’être vous tout simplement.

 

J’espère que mes mots n’auront pas été trop difficiles à lire.

Rassurez-vous, vous n’avez pas besoin de me consoler, vous l’avez déjà fait…

 

à ma Team – DODYNETTE

 

Comments

  1. Ma chère Dodynette, j’ai eu exactement la même histoire que toi, exister à travers la couture, ça fait un bien fou. J’ai perdu ma petite Lola à la naissance, sa sœur jumelle est restée parmi nous. C’est toujours un peu dur ou délicat à certains moments mais le fait de créer ça aide à avancer.
    Tu es une Wonder maman 💪
    Continues comme ça tu fais un travaille de folie !!!
    Bises

  2. C’est l’article de blog le plus bouleversant que j’ai lu, mais aussi rempli d’amour et d’espoir et d’optimisme; un article qui m’a touché au coeur et au corps faisant écho à mon vécu; un énorme merci d’avoir mis des mots sur les maux de la vie, une vie qui bouleverse et malmène mais qui apporte aussi joie et amour;j’ai du mal à remettre de l’ordre dans mes pensées tellement je suis bouleversée, mais n’en sois pas coupable surtout car c’est aussi ça la vie alors juste, merci pour tout, ma belle, merci du fond du coeur.

  3. La vie n est pas toujours tendre.. Ce sont des épisodes de vie douloureux.grâce entre autres au blog tu as pu trouver de la force et la créativité qui est en toi a pu s exprimer et te permettre de trouver un «echappatoire» qui a fait de toi la jeune femme d aujourd’hui.c’en est pas facile pour autant. J ai créé mon blog j’ y a,15 ans quand je suis tombée malade.il m a aidé à surmonter, à trouver de la force.tout le monde ne comprends pas mais l amitié virtuelle est réelle et va même parfois au delà . Et aujourd’hui je repars au combat…alors je brode, tricote et couds encore plus….je te souhaite plein de belles choses à venir et mer i pour tout ce que tu nous apportes.Anne Marie

  4. quel boost de te lire, et oui de chaque épreuve il faut en tirer le positif…..c’est de nos épreuves que l’on tire nos forces, que l’on va plus loin pour revivre, survivre…..quand la vie est un long fleuve tranquille on n’est pas si fort, on ne va pas puiser si loin, moi ma fille a un handicap lourd et ca m’a transformé aussi . bisous dodynette cherie

  5. Wouah qu’elle jolie déclaration d’amour 😊 surtout Dodynette bravo ces mots apportent encore plus de mérite à votre partage et au plaisir de nous faire évoluer avec vos jolies créations et surtout le temps que vous nous consacrez car on a souvent tendance à oublier que vous avez une vie de famille à gérer en plus de notre Dody team. Mille mercis Dodynette 😘

  6. Merci de votre confiance.
    J’ai d’autres soucis et de voir la jolie jeune femme que vous êtes faire face à un plus gros chagrin, cela m’aide à avancer.
    Je me suis mise à la couture depuis peu, à la retraite, et votre sourire et vos compétences me soutiennent bcp . Votre discrétion et votre élégance naturelle m’ont plu tout de suite. Bonne continuation.

  7. Bonjour, je me retrouve dans votre témoignage. J’ai perdu mon petit garçon a 4 mois de grossesse en décembre 2018. Bravo pour votre parcours vous êtes une battante. Et merci pour tout vos super patrons

  8. Très émue à la lecture de ton post, j’ai aussi perdu mon troisième enfant en cours de grossesse et la couture, à mon niveau modeste, a été une véritable bouée de sauvetage. C’est un deuil dont on ne guérit jamais vraiment. Merci pour tout ce que tu nous apportes et douce pensée à vous 5 et notamment à ton petit ange.

  9. Dodynette
    Que d’émotions à la lecture de ton texte! Des émotions fortes, très tristes pour la perte de votre fils et en même temps très belles et positives pour voir comment de cet événement tu as su créer quelque chose de beau!
    Tu dis que tu es quelqu’un de normal, mais pour moi tu representes quelq’un d’exceptionnelle dans ta façon de partager, ta générosité, ton attention aux autres ! Que de valeurs précieuses !
    Comme beaucoup de dodynette addicts, j’ai fait mes debuts en couture, il y a tout juste 2 ans avec ton blog! Tu m’as accompagné dans cette belle découverte de la couture, couture qui m’apporte tant aujourd’hui ! Alors merci, merci pour tout!

  10. chère dodynette je ne dirai rien de plus, je suis bouleversé , le coeur serré, et contente d’être dans ton team ( malgré le fait que je n’arrive toujours pas à te commander un patron !!!! suis responsable j’imagine ! ).

  11. beaucoup d’émotion à lire vos mots pudiques. je ne pensais pas être touchée autant en commençant la lecture. merci d’avoir partagé ces moments douloureux et de réussir à tellement positiver même dans les moments difficiles. un exemple à suivre. merci beaucoup

  12. Lorsque je t’ai rencontré au salon de Bruxelles, j’ai tout de suite senti ton histoire et pour cause. Nous avons vécu le même drame. La cicatrice est toujours présente et s’ouvre parfois…
    Je t’embrasse très fort

  13. Merci pour ce partage…je suis heureuse de faire partie de la « team » même si je suis un peu plus loin sur le chemin de la vie! Je vous embrasse

  14. Les plus dures épreuves de la vie commencent avec les enfants pour une femme. J’en ai perdu 4, mais avant trois mois et ma fille a vécu la même histoire que la tienne et nous avons s tous beaucoup pleuré car perdre son premier bébé à 6 mois c’est une sacrée épreuve. C’est en fait assez fréquent mais la douleur empêche parfois de témoigner et de raconter que la maman accouche par voie naturelle d’un enfant qu’elle sait mort. J’avais conseillé à ma fille d’inscrire l’enfant sur le livret de famaille et de faire une sépulture. Dans sa douleur elle ne m’a pas entendue et l’a beaucoup regretté par la suite. Si un jour dans votre vie vous pouvez témoigner en ce sens faites le. Car après il faut se reconstruire .
    Merci pour ce témoignage.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.